Quelle est l'importance du chant dans la liturgie ?

Mis à jour : janv. 28

Mais quel est donc le souci qui occupe ceux qui se consacrent à la #liturgie ? Pourquoi donc nous rendons-nous chaque dimanche à l’église, notre missel à la main ? Ah ! Mais c’est très simple. Nous avons compris — quoique de façon bien imparfaite — que Dieu est grand et saint ! Alors nous allons lui dire. Nous allons le proclamer. Mais les mots ne suffisent plus ! Il faut la poésie pour les charger de toute notre affection et reconnaissance. Et encore, il faut davantage : il faut que nous le lui chantions.

Ainsi la #musique apparaît nécessaire pour proclamer la gloire de Dieu et suppléer à la pauvreté de nos mots.
Edward Coley Burne-Jones "Un ange jouant du flageolet" Tempera et peinture or sur papier, 1878. Sudley House, National Museums Liverpool

En cela nous ne faisons que suivre l’exemple des anges qui proclament de toute éternité : Sanctus, sanctus, sanctus. Et auprès du nourrisson allongé dans la mangeoire : Gloria in excelsis Deo. Nous joignons donc nos voix à celles des anges selon l’invitation de la messe : "À leurs chants, demande la préface commune, nous vous prions de laisser se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange…" Benoît XVI disait bien dans son discours aux Bernardins :

La liturgie chrétienne est une invitation à chanter avec les anges et à donner à la parole sa plus haute fonction

Fresque de la chapelle de Saint-Nicolas, Tolentino, XIVe siècle

À ce sujet, écoutons encore une fois Jean Leclercq : "Les moines devaient trouver des accents qui traduisent le consentement de l’homme racheté aux mystères qu’il célèbre : les quelques chapiteaux de Cluny qui nous aient été conservés montrent les symboles christologiques des divers tons du chant". La règle du #chant est donc simple et exigeante; elle est donnée par le psaume : "En présence des anges, je veux te chanter, Seigneur" (Ps. 138, 1).

Et Benoît XVI poursuit : "Se trouve ici exprimée la conscience de chanter, dans la prière communautaire, en présence de toute la cour céleste, et donc d’être soumis à la mesure suprême : prier et chanter pour s’unir à la musique des esprits sublimes…"


Alors que la #musique par son harmonie et sa splendeur proclame toujours hautement la gloire de Dieu ! 


Chanoine Vignaud, prêtre de l'#Institut_du_Christ_Roi_Souverain_Prêtre

LOGO LONG BLANC.png.png
  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône YouTube
  • Noir Icône Instagram
©CHŒUR ÉPHATA | 2020